POCHETTE RAPHIA  

Notre sac malgache en fibre végétale : L'art du tissage !

Découvrez notre sac malgache | Sac tressé | Livraison offerte en Europe !

D'où vient le raphia ? 


Le raphia est une fibre végétale provenant du palmier Raphia Farinifera. Ce palmier pousse à l'état sauvage le long des côtes, dans les milieux marécageux ou sur les berges des rivières de Madagascar.

Traditionnellement, dans certaines communautés malgaches, cette fibre végétale exceptionnelle pouvait être utilisée pour fabriquer des vêtements. De nos jours, elle est surtout utilisée pour la réalisation de sacs, de paniers, de pochettes mais aussi pour l'alimentation ou encore la réalisation de toitures dans la côte Est de Madagascar.

Les avantages de cette plante !


Le raphia (rafia en italien) en tant que matériau naturel, présente de nombreux bienfaits, à la fois pour les artisans malgaches qui l'utilisent mais aussi sur l'environnement.

1. Durabilité et impact environnemental

Les fibres de raphia sont résistantes et durables. Cette plante, souvent utilisée pour des créations uniques et originales, reste une alternative aux matériaux synthétiques et plastiques. Choisir de produire nos pochettes artisanales en rafia réduit ainsi la dépendance aux matériaux non durables et contribue à la baisse des déchets. D'autre part, il s'agit d'une ressource renouvelable. Les feuilles utilisées pour extraire les fibres repoussent après la récolte, ce qui signifie que la plante peut être exploitée de manière durable. L' exploitation du raphia ne doit cependant pas devenir abusive !

2. Emploi pour les artisans locaux

 La production et la transformation de cette plante génèrent des emplois pour les artisans malgaches. La fibre du raphia est utilisée dans de nombreux domaines permettant ainsi une diversification des sources de revenus pour les communautés malgaches qui travaillent avec cette ressource.

Sac raphia (artisanat malgache)

Quelles sont les étapes de ce savoir-faire exceptionnel ? 

Travail de la feuille de palmier (pochette raphia).

Le savoir-faire lié à la récolte et au tressage du raphia reste unique. Cet art délicat se transmet de génération en génération.
Les immenses palmes doivent être d'abord coupées, ce qui constitue une première difficulté à cause des épines dissimulées le long des tiges. Il faudra par la suite extraire la feuille de la tige et laisser sécher la pellicule transparente de la feuille. Après le séchage, cette fibre naturelle va être triée afin de pouvoir garantir une qualité optimale pour le futur produit, puis teinte. La teinture se fait à chaud dans des marmites traditionnelles. Elle représente aussi une étape délicate que seuls les experts du raphia peuvent aborder !

Nous espérons que nos pochettes bambù entièrement écologiques (comme tout autre produit en raphia) pourront revaloriser le travail de cette ressource naturelle et la culture de cette magnifique île africaine : Madagascar.

Si vous souhaitez associer votre sac raphia à un vêtement éco-responsable provenant de cette île exotique, découvrez Andria ainsi que l'histoire de sa surprenante fondatrice malgache Tania !